mercredi 26 avril 2017

Le Samu social au Pérou


Le cœur n´a pas de rides” écrivait Madame de Sévigné…

Je viens de revoir Pascal Drouhaud en avril, animé du même enthousiasme qu´il y a 25 ans lorsque je l´avais connu à San Salvador….

Je me fais également la même réflexion, lorsqu'au hasard des liens et des lieux, je retrouve mes amis Victor Delfin, peintre et poète péruvien de 91 ans, ou Xavier Emmanuelli, mon mentor,  qui dans un de ses livres me fait l´honneur de me considérer comme un frère.

C'est dans la communion des cœurs, que Xavier, après mon passage à Médecins sans Frontières, puis à la Mission de Paix des Nations-Unies au Salvador, m´a proposé de l'accompagner pour créer un Samu Social au Pérou. En effet, Madame Eliane Karp, épouse du Président Toledo, après avoir visité les installations du Samu Social de Paris, avait souhaité la création d´un dispositif similaire à Lima, et plus précisément à Huaycan (municipalité de ATE).
 


La présence de Sentier Lumineux à Huaycan, zone d'accueil de milliers de personnes déplacées par le conflit interne, présentait encore un  haut risque pour l'intervention des services sociaux du pays. Ajouté à la protection due à la présence étrangère, les principes et méthodes du Samu Social s´adaptaient parfaitement aux nécessités de la région. 


Créé en 1998 par Xavier Emmanuelli, le SAMU SOCIAL INTERNATIONAL (SSI) base son action sur  les principes de dignité, solidarité, citoyenneté, suivant une méthodologie héritée de l'expérience française de l'intervention d'urgence médicale, étendue au domaine social. Le centre de l'attention est la personne victime d´exclusion : 24h/24, l'écoute et la réponse aux nécessités s'opèrent par une équipe professionnelle multidisciplinaire  (équipes mobiles). 
En amont, le dispositif comprend des structures d´accueil. A partir de conventions, s'établit également un réseau d´appui avec les services publics ou privés agissant dans le domaine médico-social, pour la dérivation et suivi de certains cas.  

L'Organisation travaille actuellement dans 15 pays du monde, en adaptant son intervention aux priorités locales : enfants des rues, victimes d'addictions ou de violence et, en particulier, celle dirigée contre les femmes… Chaque Samu Social se définit comme une entité de droit local, « labellisée » par le Samu Social International qui apporte assistance technique et moyens. L'ensemble fonctionne en réseau international, permettant ainsi à chaque dispositif une rétro alimentation des équipes par l´échange d´expériences  et une contribution à la recherche sur la lutte contre l´exclusion. 


En Amérique latine, des actions ont été menées à Cayenne, où le dispositif se concentre sur l'attention et la prévention à l'usage de la drogue ; en Colombie également, où le SSI a organisé deux séminaires internationaux, l'un sur le programme national d'appui médico-social aux victimes du conflit interne, l'autre sur la détection et l´attention au Syndrome Post Traumatique.

Le projet Samu Social Pérou vient de fêter sa 13ème année d'existence. L'acceptation par les autorités nationales du projet que je présentais en 2004 a été immédiate. Si,  au départ, l'attention se consacrait surtout aux questions sanitaires (la tuberculose par exemple était fréquente chez les personnes déplacées), au fil des ans à Huaycan, l'intervention s'est orientée vers la lutte contre le terrible fléau que représente la violence faite aux femmes. 

Le Pérou occupe, sur le podium du nombre de plaintes pour ce type de violations, la troisième place mondiale, selon l`Organisation Mondiale de la Santé (2016). 7 péruviennes sur 10 affirment avoir souffert de violence de la part de leur conjoint et, dans un contexte d`impunité,  5 femmes par mois sont assassinées par leur partenaire actuel ou passé. La pauvreté, bien sûr, si opprimante pour les 250 000 habitants de notre zone d'intervention, aggrave considérablement cette situation. 

Depuis ses débuts, le SS Pérou a porté secours à 5 000 personnes par an, recevant dans son centre d'hébergement, ouvert 24h/24h, et agréé par le Ministère de la Femme comme l'un des 40 centres reconnus dans le pays, une moyenne de 45 personnes par mois. Pour la qualité des services rendus, l'Organisation a été primée comme une des meilleures pratiques au niveau national.

En 2013, le Samu Social Pérou a étendu son action à la municipalité de Santa Rosa, située sur l'Océan Pacifique à 150 au sud de Lima. L'équipe se penche surtout sur le problème de la malnutrition infantile, traitant une moyenne de 1500 enfants par an. 


La Commission Européenne a soutenu l'effort de l'Organisation durant les trois premières années. Depuis, le relai a été pris, dans une très moindre mesure par des appuis d'entreprises privées. Les ressources manquent donc et nous comptons sur la générosité des personnes et entreprises de bonne volonté.

Jamais, hommes humains,
il n'y eut dans la poitrine, au revers de la veste, 

dans le portefeuille, tant de douleur,
dans le verre, dans la boucherie, dans l'arithmétique!
jamais tant de tendresse douloureuse
jamais si proche du si lointain assaut,
jamais le feu jamais
ne tint mieux son rôle de froid mort!

.....
Le malheur s'accroît, frères hommes. 

Monsieur le Ministre de Santé : Que faire ?

Ah !malheureusement, hommes humains,

Il y a, frères, beaucoup à faire….



        César Vallejo (poète Péruvien)


Christian Bouteille,
Représentant du Samu Social International en Colombie et au Pérou,
Coordinateur de Médecins sans frontières de 1979 a 1989 au Nicaragua et au Salvador.