vendredi 30 septembre 2016

Histoire d'un parcours : Cathy Ollier (Argentine)

Les colonnes de ce blog sont ouvertes aux Français qui réussissent leur vie sur le continent latino-américain. Ce mois-ci, découvrons le parcours de Cathy OLLIER, installée à Buenos Aires (Argentine) :

« 
De part ma formation universitaire bilingue (anglais-allemand), s’il est un continent où je ne pensais pas poser mes valises, c’est bien l’Amérique du sud . La vie en a décidé autrement.


Je terminais mon doctorat sur la prestigieuse Smithsonian institution de Washington DC, quand mon mari a été muté, comme attaché de défense, à l’ambassade de France de Buenos Aires. Auparavant, sa carrière nous avait permis de découvrir les Antilles et l’Egypte.

Le 19 août 1995, c’est donc avec nos trois enfants, âgés de 15, 10 et 6 ans et de notre fidèle colley, Fancy, que nous avons débuté notre nouvelle vie en Argentine. 21 ans déjà et je ne regrette rien.

Si l’adaptation à la vie à Buenos Aires n’a pas été évidente (apprentissage de la langue, magasins mal achalandés, difficultés pour se loger, etc), je  me suis tout de suite sentie très à l’aise dans le monde diplomatique et j’ai tout particulièrement apprécié  cette ouverture sur le monde que représentaient toutes ces rencontres avec les représentants de différents pays. Je me souviens de ces années avec émotion, j’y ai appris le respect de la diversité  et l’art de communiquer avec peu de mots.

Même si la vie diplomatique pouvait occuper mes journées, j’ai décidé très vite de reprendre ma vie d’enseignante et j’ai accepté un poste en statut local au lycée français. J’ai pu ensuite obtenir un poste de résident que j’occupe toujours à ce jour. L’enseignement est une passion et je tiens à souligner la qualité de nos lycées à l’étranger, qui forment des citoyens du monde.

Quand j’ai divorcé et suis restée seule en Argentine avec mes enfants, j’ai traversé quelques années financièrement compliquées mais ma plus grande satisfaction reste d’avoir pu accompagner mes enfants dans leurs rêves. Ce sont aujourd'hui des adultes épanouis dans leur vie personnelle et leur carrière, ouverts au monde, que ce séjour en Argentine a enrichi.

Toutefois, ma vie ne pouvait pas se limiter à ma vie familiale et professionnelle. Je me suis tout d’abord engagée intellectuellement dans un groupe de recherche de la Sorbonne sur les cultures et littératures du Rio de la Plata (le CELCIRP, aujourd'hui dissout) pour lequel j’ai fait plusieurs conférences en Suède, en Uruguay et au Canada.

Ensuite, j’ai ressenti le besoin de m’engager politiquement  à l’UMP et aujourd'hui avec Les Républicains. Lors des deux dernières élections, j’étais la représentante de Nicolas Sarkozy pour Buenos Aires. J’ai bien sûr apporté mon soutien à notre amie Michèle Goupil pour son élection comme conseillère consulaire des Français de l’étranger et je tiens à souligner ses qualités d’écoute et son efficacité auprès de nos concitoyens de quelque parti qu’ils soient !

A l’étranger, encore plus qu’en France, l’engagement est une nécessité, surtout quand vous êtes à 12 000 km des décideurs. En ce sens, la création de députés  des Français établis hors de France fut une grande avancée. Je serai donc aux côtés de notre candidat Pascal Drouhaud pour les prochaines élections de juin 2017, pour que nous soyons réellement représentés. 

Être français c’est aussi défendre notre langue sans laquelle notre identité se dissout dans la culture locale. Ayant constaté, à regret, que bon nombre de nos concitoyens ne s’exprimaient plus dans notre belle langue même dans des rencontres entre compatriotes, j’ai alors décidé de créer en 2011 une association pour la promotion de la langue française et de la francophonie, le CALAF (cercle des amis de la langue française et de la francophonie) dont l’objectif est de faire se rencontrer un public francophone le plus large possible autour d’activités aussi diverses que des conférences, repas , visites etc.


Petit à petit, l’association s’est structurée. Je remercie les membres du bureau pour leur soutien indéfectible, ainsi que tous les diplomates des pays de la francophonie qui nous font l’honneur et le plaisir de participer à nos activités.

Ma vie est donc riche de toutes ces rencontres, de tous ces moments de partage, de cet amour pour la langue, des livres…  et je suis fière de représenter  la France à ma manière.